Le Dévil à la capitale (Paris) !

Paris, la ville Lumières, le temple de la mode, la terre sainte d’Emily (in Paris).

Si l’on pouvait vous parler de la légende des taxis parisiens aimables, ou celle de l’espérance de vie sur le Boulevard Magenta, notre équipe a choisi d’aborder la capitale sous un autre angle…

Le Dévil à la capitale (Paris) ! 1

Le Moulin Rouge

Le moulin rouge, c’est avant tout un bâtiment passe-partout (✌️🗝️) qui s’intègre facilement aux paysages morose de Pigalle. Discret et difficilement identifiable, ce lieu mythique des soirées parisiennes serait selon les rumeurs : un temple de sérénité, de calme et de réflexion sur soi(PRANK : c’est totalement faux.)

Avec 60 danseuses, 600 000 visiteurs pour 240 000 bouteilles de champagne à l’année et 132 ans de souvenirs, autant vous dire que c’est pas l’ambiance BU en veille de partiels !

Berceau du french cancan, cabaret mythique, la scène endiablée du Moulin Rouge a connu les plus grandes danseuses de son temps : la caractérielle La Goulue “sécheuse de fonds de verre”, Mistinguett la femme froufrou “aux divines gambettes” et plus tard le passage de l’icône Joséphine Baker… ce qui s’apparente à une danse frivole est enfait un manifest de liberté. Les femmes n’ont plus besoin de cavalier pour danser !

Si certaines de nos régions appréciaient les éléphants morts en guise de décoration, Pigalle, elle, s’est doté d’un nénéphan en plâtre. Un franc suffisait à l’époque pour ouvrir la faille spatio-temporelle qui vous ramenait aux origines du monde : le nombril d’une charmante danseuse du ventre

Le Dévil à la capitale (Paris) ! 2

Le métro, boulot, dodo…

Très réputé pour la qualité de sa ligne 13, le métro parisien est une véritable attraction à tester au moins une fois dans sa vie ! Havre de paix, de propreté et de sérénité sur fond d’accordéon mal accordé (comme la couleur des strapontins saveur épilepsie), Serge le pinpin vous y accueillera avec grand plaisir.🐰

S’il vous sert cependant à partager de tendres moments en compagnie de mains à l’hygiène douteuse et d’huile d’aisselles précieuses, sachez que le métro n’a pas vraiment fait l’unanimité à son inauguration en 1900. La mairie de Paris craignait la fuite du centre-ville et des taxes associées, les docteurs : les maladies déterrées du sous-sol de la capitale, et les restaurateurs : la désertification du centre-ville…

Mais pas de panique ! C’est qu’ils ne vont pas aller bien loin, ces parisiens, avec des arrêts tous les 400 mètres et des routes en zigzag limitant la vitesse du que-tru à 20km/h max… (oui, vous roulez aussi vite qu’une trottinette électrique)… (c’est un peu la honte, je vous le cache pas)… 

Fact 1 : Parcourir l’entièreté des lignes de métro vous prendra 15h.

Fact 2  : Un jour, un homme aurait été vu dans une ligne bis

Le Dévil à la capitale (Paris) ! 3

La pyramide du Louvre

Un petit musée de campagne, à visiter un dimanche après-midi. 

36 000 oeuvres réparties sur 73 000m², 14km de couloirs et pourtant 1 seul attroupement : la queue pour la Mona Lisoche

Si le Louvre regorge d’oeuvres hyper populaires qu’on a tous massacré de nos 10 doigts en CM2 (La Vénus de Milo, le Radeau de la Méduse by Géricault, La Liberté guidant le Peuple by Delacroix…) les 20 000 visiteurs qui s’y hâtent chaque jour préfèrent se prendre en selfie 240px devant un tableau sous vitrine blindée dont on ne captera de toute façon pas la subtilité. Parce que c’est ça, l’art. Insaisissable (?)

Comme le mental de cette femme, d’ailleurs, qui a jugé bon en 2019 de jeter son mug contre la célèbre oeuvre de De Vinci. Plus tôt, en 1956, c’est un caillou qui frôle son teint… Pas une vie de tout repos. 

Before the Révolution, le Louvre était le palais des rois de France. En 1793, 1 an jour pour jour après l’envol de la cabeza de Louis XVI, le plus grand musée du monde ouvrira ses portes pour vous laisser accès à la richesse du patrimoine, exalter votre âme créative et vous faire suivre les traces… de Jay-Z et Beyoncé, dans leur clip « Apeshit ». Si, si, y’a un parcours dédié.

Le Dévil à la capitale (Paris) ! 4

L’arc de Triomphe

« Vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de Triomphe. »

J’aurais aimé que mes parents me disent pareil à ma sortie des résultats de bac, mais Napoléon les a précédé… 

1805 : fin de la bataille d’Austerlitz. II est temps pour les troupes de rentrer à la maison… et la Beyoncé de l’époque (aka Queen Bonaparte) a des folies de grandeur. Il réclame un arc romain colossal, d’une hauteur de 50 mètres sur 45 de large pour célébrer le triomphe militaire… Plotwist : il mourra avant de voir le chantier terminé. #vdm 

Amis automobilistes, si la simple mention du « rond point de l’Etoile » vous hérisse le poil, c’est pourtant ici au sommet de l’avenue des Champs Elysées que l’Arc de Triomphe naitra…et in extremis ! La France ayant un réel problème avec les éléphantidés, le projet d’un éléphant-fontaine géant avait été supposé sur la place… il élira finalement comme domicile notre imaginaire.

Comme si le projet n’était pas assez fou, une flamme éternelle y est attisée tous les soirs, depuis 1921. Tes parents n’étaient (normalement) pas nés qu’on commémorait déjà sous l’Arc la tombe d’un type dont on ne connait ni le nom, ni la préférence de cuisson des oeufs… Un soldat inconnu qui symbolise la victoire de la France, la belle ! Who Run The World ? La République ! 

Le Dévil à la capitale (Paris) ! 5

Les croissants

Assieds-toi, faut que je te parle. Le croissant n’est pas français, et vous le savez, au fond de vous.

« Chéri, t’as acheté des viennoiseries ? »

La réponse était là, devant vous, depuis le début.

Vienne. 1683. Les taupes de l’armée ottomane lancent le second assaut de la ville par les sous-terrains qu’ils viennent de creuser… manque de bol : si les soldats dorment à poings fermés, les boulangers, eux, sont déjà en COUISINE ! Dérangés par le bruit, ces héros sans capes alertent la ville et permettent alors de chasser l’ennemi… 

L’heure à la célébration, l’égo des losers en pâte brisée, ici naîtra la v.1 du croissant en référence à celui qui figure sur le drapeau de l’Empire Ottoman… Oui, c’est des gamins. Mais en attendant, pas de doute sur l’appellation du truc. Pas de “croissantine”, de “pain au croissant”, de “croissangue” (quoique)…. Sans contrefaçon, je suis un croissant.

En même temps que son fashion sense à en faire rougir Cordula, c’est Marie Antoinette d’Autriche qui intègre le croissant au quotidien des français ! Un acte héroïque qui lui vaudra -1 tête

Le Dévil à la capitale (Paris) ! 6

Les pigeons 

Qu’est-ce-qu’il serait naïf de croire que Paris appartient encore à ses habitants ! 

Ces 100 000 mini-éboueurs urbains sont en réalité en pleine conquête de notre espace vital : on les retrouve sur tous les continents… et ils envisagent même de soudoyer Pesquet pour plus de roucoulades… Rourouuuu. (Traduction : « Pousse-toi de la, humain ! »)

Il fut un temps, pourtant, que les moins de vingt ans ne pouvaient pas connaître… Les pigeons, en ce temps-là, travaillaient patte dans la main avec les hommes. Pas d’instagram pour draguer la petite Cunégonde mais plutôt des lettres passionnées échangées par pigeon voyageur… Capable de retrouver leur nid dans un rayon de 150km (pas comme toi le jeudi soir), l’armée n’aura pas manqué d’en profiter en temps de guerre pour échanger des informations ! 

Alors ok, les pigeons c’est pas hyper sexy (quoique), ça défèque sans compter, ça abime les monuments, les balcons et les humeurs déjà pas folichonnes de nos amis parigos, mais…. Ça a au moins le mérite de faire un bon engrais. (oui, c’est tout) Et de voler plus vite que vos métros. (88km/h pour certains!) Plus fidèles que ton ex, nos citoyens à plumes restent ensemble jusqu’à ce que la famine ne les sépare. Mais c’est toujours pas une raison pour les nourrir sur la voie publique. ALORS TU ARRÊTES TOUT DE SUITE, TIMOTHEE !

💬 Maintenant incollable sur les secrets parisiens ?

Booste tes neurones et vante-toi en soirée avec les anecdotes du Devil RennesToursBordeaux et Nantes !

Laisser un commentaire